>
>

Florian Beulé

Chef de Produit chez Eurosport

Mastère User Experience - UX Design

Qu’est-ce qui vous a amené à l’ECV Digital ?

Je suis issue d’un bac STG CFE, j’ai ensuite intégré une école de commerce, ESC de la Rochelle parcours bachelor business 3 ans. Au fur et à mesure j’ai développé un intérêt pour le digital et réalisé que j’avais des lacunes en gestion de projet ce qui m’a amené à intégrer un bachelor chef de projet web à l’IIM mais je voulais poursuivre avec une spécialité que peu d’école propose, en l’occurrence le mastère UX de l’ECV Digital.

 

 

Pourquoi avoir choisi une formation en alternance plutôt qu’en initiale ?

J’avais déjà pu faire un peu d’alternance pendant un an en marketing dans le domaine de l’aéronautique. J’avais vraiment apprécié le rythme entre l’école et le travail.

D’une part pour des raisons financières, n’habitant pas chez mes parents cela m’a permis de louer un appartement et de prendre une réelle indépendance et de devenir plus autonome.

D’autre part cela a permis l’autofinancement de ma formation. Pas d’emprunt à rembourser, ce qui est vraiment soulageant quand on est jeune diplômé.

Au niveau des entreprises j’ai l’impression que cela améliore l’employabilité. J’ai vraiment l’impression d’être tout de suite plus crédible lorsque je présente mes diplômes mais aussi mon expérience professionnelle.

 

 

Comment se sont déroulées vos recherches de contrat ?

J’ai envoyé beaucoup de CV, j’ai commencé les recherches très tôt. Je ne voulais pas prendre le risque de ne pas trouver en m’y prenant trop tard. J’ai passé beaucoup d’entretiens et j’ai essuyé beaucoup de refus au départ. Nous n’étions qu’au mois de mai et les entreprises ne répondaient pas forcément car la leur période de recrutement n’avait pas encore commencé. Je me suis alors mis à postuler encore plus. Je n’ai eu des retours qu’à partir de la fin du mois de juin, début juillet, et c’est en aout que tout s’est joué.

J’ai mené mes recherches seul au départ et j’ai ensuite été mis en relation avec le responsable des relations entreprises de l’école qui envoyait des offres via la plateforme de l’ECV Digital et qui n’hésitait pas à postuler directement pour les étudiants dont moi. J’ai eu grâce à lui l’opportunité de rencontrer l’entreprise Sanofi qui, d’ailleurs avait accepté de m’embaucher mais mon choix s’est porté sur Eurosport. C’est encore mieux quand on a le choix ! De manière générale il y a eu un grand soutient de la part de l’ECV Digital et ça c’était cool.

 

 

Cela correspond-il à ce que vous recherchiez, en terme de structure et de missions ?

Complètement ! Ayant déjà effectué un stage en agence en tant qu’assistant chef de projet, je voulais vraiment travailler chez l’annonceur. Aujourd’hui j’occupe un poste de chef de produit. En terme de mission je fais à peu de choses près la même chose qu’en agence, les processus sont les mêmes : le management agile, l’utilisation de Redmine, le prototyping sauf que cette fois je suis vraiment concentré sur un produit. De plus, Eurosport a vraiment une dynamique internationale avec des sites hyper complexes ce qui fait que c’est vraiment intéressant, j’ai énormément de chose à apprendre.

 

 

L’intégration en entreprise a-t-elle été rapide ? Vous sentez-vous à l’aise aujourd’hui ?

Oui très rapide, les gens au bureau sont plutôt cool, j’ai effectué plusieurs parcours d’intégration. Je suis amené à travailler avec un tas de personnes différentes. Avant je travaillais dans une structure où on était 40 salariés, je connaissais tout le monde. Maintenant c’est totalement différent, il y’a énormément de gens, je crois que la chose la plus compliquée que j’ai eu à faire c’est d’apprendre les prénoms de tout le monde.

Sinon je suis totalement intégré à l’équipe, je participe régulièrement aux réunions qui sont composées de 2 à 10 membres, je ne donne pas les guidelines, ne lead pas la réunion non plus mais si je veux participer pendant celle-ci, je sais que je peux.

 

 

Comment gérez-vous ce rythme hebdomadaire et ce double statut d’étudiant-salarié ?

C’est vrai que c’est assez compliqué. Je me tire un peu les cheveux en rentrant chez moi parfois parce que je sais qu’il y’a du travail qui m’attend et je ne peux pas forcement sortir comme je le faisais avant.

Dans ma précédente formation j’étais 6 mois en cours puis 6 mois en stage ce qui me donnait le temps de m’aérer la tête et faire plus de chose à coté. Il est vrai qu’avec l’alternance, bien que ce soit mon choix, j’ai beaucoup moins de temps pour moi. Les weekends passent très très vite, le fait de se coucher à 2h pour finir un devoir et commencer à 8h le lendemain arrive assez souvent. Le rythme est intense mais tant qu’on a la motivation tout va bien. J’aime ce que je fais en cours et en entreprise.

 

 

Le rythme 4/5ème vous convient-il ?

oui, j’ai fait l’expérience du rythme 3 semaines/1 semaine et c’était assez déroutant au niveau du travail. On nous demandait beaucoup de travaux de groupe et ce n’était pas chose facile car on n’arrivait jamais à se cordonner, sachant que je faisais mon alternance à Rochefort, d’autres étaient à Paris, l’école à la rochelle… vous voyez le topo.

Avec ce rythme, cette dynamique je trouve que l’école est beaucoup plus présente.

Florian Beulé – @florianbeule