>
>
>

Réussir dans la vie comme sur le web

Le design de soi est aujourd’hui l’affaire de tous. Du collégien au chef d’entreprise en passant par l’étudiant en fac de droit, l’image de soi est très importante à l’heure ou toute nouvelle rencontre se «googlelise» afin de trouver plus d’informations sur la personne que nous venons de croiser en soirée, au travail ou même en conférence. Chacun de nous travaille son image sans forcément s’en rendre compte. Le design de soi est une discipline à part entière qui réunit différentes qualités permises par des décisions prises par celui qui travaille son image. Nous nous focaliserons davantage sur le métier du webdesigner, personne confrontée quotidiennement au regard des autres et surtout de ses clients et potentiels futurs clients.

designdesoi

 Le design de soi est ce que l’on appelle vulgairement le personal branding. Mais Marie  Guillaumet, intégratrice et webdesigner nous explique que cette dernière appellation  donne l’impression de vendre l’image d’une personne comme un vulgaire produit que l’on  pourrait acheter en supermarché. Le design de soi est l’accomplissement d’une démarche  très personnelle au départ, qui est finalement dévoilée aux yeux de tous (utilisateurs web,  passants dans la rue…). Le design de soi est en fait le design des autres. C’est le design du  partage avant tout et non le design bête et méchant que l’on vend et qui n’a aucune âme.

 

En tant que graphiste / webdesigner, le design de soi est la vitrine de nos atouts. Nous dégageons une image qui doit attirer le client et lui donner envie de travailler avec nous. Nous faisons un métier où les images font la loi. On se doit de savoir nous montrer pour mieux nous révéler aux yeux du client et ainsi lui permettre de mieux cerner notre personnalité et nos compétences. Pour ce faire, le designer se doit d’avoir confiance en lui et savoir se valoriser pour ne pas brider sa créativité. Chaque designer a une légitimité d’exercer ce métier. Mais il est nécessaire de pouvoir se différencier des autres designers pour attirer l’oeil. Il doit mettre en avant ses points forts et transformer ses faiblesses en points forts d’abord en les acceptant puis en les travaillant.

designparticipatif

Autre point important soulevé par Marie : Le partage de notre univers et de nos compétences, qui est essentiel pour nous aujourd’hui. Le DA web/print se doit de partager sur son blog / twitter / facebook ses impressions sur la dernières exposition de photographie qu’il a vu par exemple. Ou de partager le squelette d’une illustration qu’il a crée pour une campagne publicitaire. Cette notion de partage doit être apprivoisée par nous autres créateurs d’images, tout en respectant les autres et sans se surexposer à travers des anecdotes trop intimes ; ce qui pourrait fuiter sur le web et se retourner contre nous plus tard. Le design de soi c’est donc aussi un design participatif où les gens qui gravitent autour de nous sont un moteur car ils peuvent être en mesure de juger notre travail en nous donnant leur avis. Il faut évidemment que leurs remarques soient constructives et non rabaissantes et inutiles.

 

Le designer graphique se doit de rester humble et cela va de paire avec la confiance en soi. Plus on est confiant, moins on se surestime et plus les autres viendront vers nous et non l’inverse. Un créateur qui va sur-vendre son travail ne sera jamais autant relayé qu’un créateur discret et humble. Marie nous donne pour exemple la comparaison de deux personnalités connues : Jimmy Hendrix et Kanye West. Hendrix a marqué l’histoire du rock car il était bon mais discret et ne se vantait pas alors que Kanye West aime se montrer et dire que c’est la meilleur. Prenons par exemple la plate forme de téléchargement et d’écoute Tidal, aujourd’hui il paie les pots cassés et ses projets professionnels échouent toujours à cause de trop d’arrogance.

Pascal

L’humilité n’empêche pas au designer d’être visuellement mémorable comme a pu l’être Hendrix avec sa coupe afro et son bandana sur le frond. Travailler son image ne veut pas dire mentir et s’inventer une image qui ne nous colle pas. Il faut savoir trouver ses particularités même si elles sont étranges et les cultiver en les dévoilant aux autres dans une logique de renouvellement perpétuel. Il faut pouvoir donner la tendance et pourquoi pas au mieux devenir influenceur dans son domaine.

 

Le design de soi est finalement la projection de notre personnalité que l’on dévoile à tous. Il se partage et doit marquer les esprits des gens.

 

Merci à Marie Guillaumet pour son intervention. @kReEsTaL

Article de Gauthier Boudy – @gautier_b