>
>
>

Retour sur la conférence « Mutations numériques »

Lors d’une table ronde organisée à l’ECV Digital (le jeudi 2 avril 2015), nous avons reçu Lionel BUI, directeur de création digital à l’agence Marcel, Hélène PEREZ, chasseuse de tête pour le cabinet de recrutement Aravati et Caroline MOROT UX designer de Voyages-SNCF. Trois intervenants issus de formations et d’univers non digitaux, venus partager leur expérience quant à la mutation du numérique dans leur carrière.

INTERVENANTS

On ne peut aujourd’hui parler du numérique sans parler des changements qu’il induit, c’est un secteur porteur (36 000 postes vont être crées d’ici 2018*) progressant avec la technologie et qui bouleverse simultanément le marché de l’emploi.

v3BON

De nouveaux métiers naissent régulièrement au sein du monde digital tels que Growth Hacker, Trader Media ou Responsable Social Media, sans oublier que nombreux sont les métiers qui n’ont même pas encore de nom. On assiste également à une évolution des poursuites de carrière de telle sorte qu’il est très complexe de se projeter dans le futur, c’est un secteur où il n’y a pas de vision métier au delà de deux ans.

Le numérique révolutionne les méthodes de management et de hiérarchie au sein des entreprises. Le mode collaboratif est au coeur du digital, aujourd’hui et encore plus demain, les entreprises originellement basées sur une organisation pyramidale tendent à se fonder sur un modèle de structure horizontale où tout le monde devient communiquant, où il y a autant d’idée que de personne.

Le digital rime avec international, il y a une réelle opportunité de mobilité dans les métiers du secteur, à l’instar de villes comme New-York, Hong Kong ou Singapour qui représentent des viviers d’idée et d’innovation tout en offrant de belles occasions de carrière dans diverses structures (agence, start-up, click-and-mortar, annonceur, pureplayers, etc.).
La maturité du secteur digital aux Etats-Unis, milieu plus « popularisé », s’explique par des entreprises qui montrent l’exemple d’une structure de travail davantage mature et collaborative dont les moteurs sont la curiosité et la remise en question.

«Aujourd’hui ma carrière me permet de changer de pays tous les 3 ans.» Lionel Bui

17008406342_08af75b75b_o

De nouvelles qualifications, basées sur le triptyque essentiel au digital à savoir création, développement et stratégie, sont attendues et recherchées par les entreprises numériques.
Curiosité et ouverture d’esprit font parti des maîtres-mots du profil polyvalent qu’exige le web de demain. Outre le mouton à 5 pattes, le marché numérique requiert des personnes audacieuses susceptibles d’évoluer, de se renouveler et d’innover.
Rappelons aussi que l’esprit collaboratif est indispensable à ces sociétés horizontales, la réussite numérique ne dépend donc plus seulement d’avoir la « bonne idée » mais principalement de savoir la partager tout en faisant preuve d’agilité.
L’esprit d’entrepreneuriat, l’esprit « même pas peur » de celui qui ose prendre des risques est un atout dans un milieu où l’erreur devient de plus en plus admissible.
Le digital étant sans frontière, il est nécessaire de maîtriser plusieurs langues étrangères afin de ne pas être freiné, dans l’évolution de carrière, par la barrière linguistique.
Enfin la créativité est l’essence même du digital, c’est la base commune à tous les métiers du numérique, que vous soyez UX, développeur, webdesigner ou webmarketeur, il faut être créatif au sens global du terme et développer sa patte créative.

En somme des profils polyvalents, qui ont bénéficié durant leur formation du triptyque des compétences propres au digital, capables de s’adapter aux mutations numériques de demain. Le rôle de l’ECV Digital est de former ses étudiants à devenir de vrais «caméléons» prêt à se confronter aux enjeux de ce secteur.

L’ECV Digital vous remercie d’avoir assister et participer à cette conférence.

17008466101_627e4677f6_o

* Contrat d’études prospectives (CEP) réalisé par le Syntec Numérique