>
>
>

L’ECV Digital Nantes au KIKK Festival de Namur

Les quelques 700 km séparant Nantes de la frontière belge, n’auront pas suffi à décourager les étudiants de l’ECV Digital Nantes à se rendre à Namur, capitale de la Wallonie. L’objectif du voyage ? Participer au KIKK Festival, devenu en l’espace de quelques années le rendez-vous incontournable des créatifs du numérique. Web Design, code créatif, objets connectés, interfaces interactives… autant de mots qui résonnent encore dans l’esprit de cette team d’étudiants en Bachelor. Extrait du journal de bord avec le témoignage de ces deux jours intenses.

 

 

JOUR 1

 

Le KIKK Festival de Namur, organisé par les prestigieuses agences web Dogstudio et Superbe, était l’occasion d’éveiller notre curiosité sur le monde numérique. Scientifiques, artistes, entrepreneurs, designers, l’évènement rassemble des milliers de personnes venu d’horizons différents. Le public éclectique est à l’image de la programmation. Conférences, expositions, workshops, market, la richesse des différents projets, l’échange des intervenants et la présence d’artistes reconnus, nous a permis d’aiguiser notre oeil sur la création numérique d’aujourd’hui et de demain. Pour cette édition 2016, le thème de l’interférence permettait d’aborder divers aspects : son, lumière, hacking…

 

Les expositions

 

A peine arrivés, après un trajet riche en émotions, nous nous sommes rassemblés pour découvrir les installations du Grand Manège. La diversité des oeuvres fut captivante. Allant d’une installation absurde où des parapluies se déploient sur “Singin’in the Rain”, aux filaments lumineux tourbillonnants de ))))) repetition at my distance, le thème de l’interférence est présent de façon plus ou moins explicite. Ainsi l’artiste Gabey Tjon nous proposait une expérimentation immersive mêlant la lumière, le son et le mouvement. Quant à Nicolas Bernier, artiste Canadien de renommée, il cherche à travers son oeuvre Frequencies (light quanta) un équilibre entre dimensions cérébrales et sensuelles. Son oeuvre consiste à aligner des panneaux de Plexiglas pour travailler autour de la lumière et des quantum, la plus petite unité de mesure d’énergie.

expo_kikk_ecv_tweet

Les conférences

 

Autre rendez-vous important de cette journée avec la conférence sur les formes dans l’espace par 1024 Architecture. Les deux fondateurs de l’agence, spécialiste du mapping, ont décrit leur démarche de création autour de la notion de cube. Le 3D Bridge de la Seine à Paris, la ré-interprétation du traditionnel sapin de Noel sur la Grand Place de Bruxelles, qui a provoqué une vive polémique, ou encore le Vortex Darwin Écosystème à Bordeaux, sont autant de réalisations qui témoignent d’un seul et même objectif, celui de porter un regard nouveau sur l’utilisation du numérique et de proposer une nouvelle forme d’appropriation de l’espace public.

1024_kikk_ecv

 

JOUR 2

 

Le Market

 

Le lendemain matin, par un froid hivernal, nous nous sommes tous retrouvés sur la Grand Place, devant le Market. Cet espace de démonstration et de vente de produits technologiques, objets connectés ou applications, pour la plupart créés par des méthodes alternatives de développement, regorgeait de trésors. Pendant notre visite nous avons ainsi pu découvrir l’imprimante 3D de chocolat du Smart Gastronomy Lab, ainsi que de très nombreux instruments de musique innovants : XOXX composer, un sampler fonctionnant à partir de quelques aimants, Clay Music Live transformant un téléphone en interface gestuelle musicale ou The Oval, un drumstyle d’un nouveau genre. D’autres projets comme Cubetto ou Kossi Game permettaient un apprentissage alternatif de la programmation, notamment envers le jeune public.

kikk_market_ecv

Les conférences

 

Le reste de la journée fut consacré aux très nombreuses conférences. Joanie Lemercier, ex-membre du collectif AntiVJ, a ainsi présenté son travail autour de l’utilisation de la lumière et du code créatif. Ses principales réalisations portent sur du mapping appliqué à des surfaces lisses. Il donne ainsi un effet de 3D et immerge le spectateur dans ses oeuvres. La plupart de ses nouvelles créations sont des paysages arides et désertiques appelés Landforms.

joannie_lermercier_kikk_ecv

La conférence d’Akufen était un autre moment fort. L’agence montréalaise crée des expériences interactives, identités visuelles, sites web et documentaires interactifs. Alliant humour et grande maîtrise technique, deux des fondateurs du studio ont expliqué leurs différents projets tels que Le journal d’une insomnie collective, ou la série du projet “Dada” (block, GAFA). Le studio Superscript2, a lui, mis en lumière les facteurs clés d’échec dans différents projets ratés rencontrés ces dernières années.

 

Enfin le festival a été clôturée par Stefan Sagmeister. Le designer de renommée internationale était très attendu et la salle affichait complet. Le thème de sa prise de parole portait sur la question : “Why beauty matters ?”. Stefan Sagmeister, revenant parfois sur son processus de travail, a donné différents exemples dans lesquels il expliquait pourquoi la beauté compte autant dans notre société.

stefan_sagmeister_kikk_ecv

 

Quel est donc le bilan après ces deux jours ? Sans aucun doute, il y aura eu beaucoup d’échanges et de rires. Mais nous retiendrons surtout un enivrement constant par rapport à toute cette créativité numérique qui offre certainement la plus belle des leçons : créer et s’émerveiller c’est d’abord à ça que sert le numérique.

 

 

Rédaction : Amélie Bertout / Martin Delanoe / Marjorie Gaboriau / Lucas Jouin / Fanny Mingant 

Photos : Alice Gautier / Clément Lemoine / Antoine Olivier / Alexandre Roulier /

Videos : Robin Brunetière / Antoine Olivier

Live Tweet : Elodie Foucher / Thomas Guillet / Isabelle Hiblot / Lucas Jouin / Nolwenn Mousset