>
>
>

Données privées, le business du XXIe siècle ?

Le web est devenu omniprésent, mais on connait encore peu de choses sur nos données personnelles. Pourtant, elles sont précieuses et un bon nombre de sociétés commerciales les exploitent. Qu’advient-il de notre vie privée une fois passée derrière nos écrans ? Retour sur a conférence à l’ECV Digital Nantes de Valentin Beauvineau, spécialiste en e-réputation. Focus sur la protection de nos données personnelles :

perso
Pour commencer, qu’est-ce qu’une donnée personnelle ? C’est d’abord une information : âge, couleur de peau, habitudes d’achats, opinion personnelle… des renseignements qui, envoyés sur Internet, donnent une idée plus ou moins précise de la personne que nous sommes. Toutes les recherches, et les questions posées à notre navigateur, ainsi que les opinions ou photos postées sur des réseaux sociaux constituent par la suite ce qu’on appelle nos « données personnelles ».

 

 

Désormais, il est habituel de devoir répondre à un formulaire avant toute inscription sur un site web. Facebook, Google… Autant de sites fréquemment utilisés par des millions de gens qui collectent nos informations, les sauvegardent et les exploitent. Les données GPS de Google Maps, par exemple, récupérées grâce aux smartphones, sont conservées sur les serveurs de Google. Elles sont consultables par leurs administrateurs, qui ont donc la possibilité de connaître quels lieux nous avons visités, et à quelle heure. Pour ce qui est de Facebook, il n’est pas une conversation privée ou un commentaire effacé, qui n’est pas stocké. Toutes ces données rassemblées forme le Big Data. Elles sont traitées et recoupées et peuvent être sources d’analyses et de conclusions sur nos comportements.data

D’après Valentin Beauvineau, le plus gros courtier d’informations serait Acxiom, qui posséderait quelque 3000 lignes de données sur chaque personne résidant aux États-Unis. « Quand c’est gratuit, c’est vous le produit » souligne-t-il. Un exemple : Facebook, pour qui, chaque personne inscrite représenterait une valeur potentielle d’environ 500 dollars. Les avis se partagent sur ces utilisations de données. Bien qu’il s’agisse d’une intrusion dans la vie privée, certains organismes revendique y avoir accès pour améliorer leurs services. Voici quelques exemples :

 

  • Les compagnies aériennes sauvegardent les habitudes de leurs utilisateurs pour leur proposer une expérience plus agréable et intuitive lors de chaque visite.
  • Des voitures connectées sont capables de surveiller leur fonctionnement, et de prévenir un garagiste si une révision est nécessaire.
  • Les pompier peuvent repérer quels sont les endroits les plus sensibles aux incendies et inondations, afin d’être capable d’intervenir plus rapidement en cas de problème.
  • Pour ce qui est de la sécurité, depuis les attentats du 11 septembre 2001, le gouvernement des États-Unis a mis en place le Patriot Act, qui leur permet d’avoir accès aux données de ses citoyens.

 

Intrusion ou protection, le sujet fait polémique et intéresse autant qu’il effraie. La législation de ces prochaines années risque de changer fréquemment sur la question d’accès à nos données personnelles. Affaire à suivre…

 


Lucie Pelletier – Promo Bachelor 1

Source web complémentaires :
Test ta e-reputation
CNIL
Le Big Data selon Arte Future