>
>
>

Le design émotionnel, catalyseur de la réussite digitale ?

Si au début du XXe siècle, nos produits devaient être utiles pour connaître le succès, vers les années 90 et l’industrie de renouvellement l’enjeu était dans la personnalisation des produits. Un produit auquel on s’identifie, qui nous est utile mais qui nous parle aussi. Un produit qui rend notre environnement beau. Le design émotionnel s’applique de la même façon dans le digital.

 

 

À la différence du monde industriel, l’escalade technologique est beaucoup plus intense dans le monde du digital : l’émotion doit être présente et pérenne mais les outils pour l’exprimer changent tous les 6 mois… Il faut pouvoir suivre le rythme !

 

 

Pour illustrer le succès du design émotionnel il y a plusieurs moyens dont celui d’analyser l’évolution des interfaces et la prospérité des entreprises (cf : http://uxtimeline.com/ ) : que nous parlions de Mailchimp ou de Shazam, ces entreprises ont bientôt 20 ans alors que leur succès est bien plus récent.

 

Pourquoi ? Parce qu’elles ont adopté un parti pris : qu’il soit identitaire (le singe de Mailchimp) ou technologique (Shazam est une des première application mobile) le parti pris est fondamental dans la mise en place d’un design émotionnel ! En effet l’émotion qu’une marque peut transmettre par son design dépend de ses choix. Des choix tranchés valent mieux que des choix non assumés.

 

 

Alors certes 90% des visiteurs manifesteront leur mécontentement lorsque l’interface de leur site évoluera mais d’une part, les Haters font partie d’internet et d’autre part, il ne faut pas hésiter à s’adapter aux évolutions technologiques pour préserver son parti pris et ainsi les émotions que véhicule la marque. Le design émotionnel ne fera pas changer le Hater mais il fera peut être réagir le petit Gooder qui sommeille en lui !

 

Comment s’illustre le design émotionnel ?

 

Nous ne le faisons pas, nous le montrons. C’est surtout l’UI et la conception rédactionnelle qui vont devoir produire les vecteurs d’émotions. Cela passe par la typographie, l’iconographie, les smileys, les emojis, l’infographie, l’utilisation des couleurs et même l’ergonomie. Le design émotionnel est ce qui doit ressortir de l’identité globale de la marque.

Capture d’écran 2016-04-04 à 13.29.15

C’est ainsi que le design émotionnel peut être le catalyseur de la réussite sur le web. Il vise à transmettre sous forme d’émotions les choix de l’entreprise, ses valeurs et sa direction. Nous ne sommes plus dans la vente d’un produit forcément utile mais dans la transmission de normes et d’idéologie. Et quand cela fonctionne, le client n’est plus simplement satisfait du produit : il adopte les idées que la marque veut lui transmettre.

 

https://www.netflix.com/fr/

 

Après tout, y a-t-il réellement un intérêt utilitaire à avoir une pomme croquée retina à son poignet, dans sa poche, dans son sac sur son bureau et dans sa valise ? Si se n’est qu’on ADORE cette pomme ?

 

Julien Osmont – @julosmont – Promo Web Design M1

 


Pour en savoir plus :