>
>
>

Comprendre la révolution blockchain

La Blockchain, on en entend parler depuis peu dans les domaines du digital, de l’économie, de la finance ou encore des systèmes de gestion et de l’anti-fraude. Mais la technologie n’est pas si nouvelle. Pour bien comprendre la révolution potentielle que pourrait apporter ce nouveau système, il faut d’abord bien assimiler son mode de fonctionnement. Il est aussi impératif de savoir dans quel contexte a été créée la Blockchain.

 

Comment définir la Blockchain ?

 

Pour comprendre le plus simplement possible ce qui se cache de novateur derrière ce terme de Blockchain, nous allons prendre en exemple un cas concret.

 

Des échanges décentralisésBlocs de calcaire : monnaie primitive sur l'île de Yap

Partons en voyage. Sur l’île de Yap, dans l’actuelle Micronésie, vers le 5ème siècle avant Jésus Christ.

A cette époque, les habitants de l’île de Yap utilisent déjà de la monnaie pour effectuer leurs échanges importants. Il s’agit de large blocs de calcaire ronds troués pouvant atteindre plusieurs mètres de haut.

Dans la culture Yap, pour qu’un échange soit validé, il fallait que les parties concernées annoncent à la population la transaction. Celle-ci était donc décentralisée car connue de tous.

La création d’un registre

 

Imaginons maintenant qu’un habitant de l’île soit désigné pour noter toutes les transactions sur un registre, pour garder une trace écrite. Celui-ci sera donc le seul a être au courant de tous les échanges effectués. Il devient banquier. Avec ce système, la personne en charge a le pouvoir de demander qu’un intérêt lui soit versé pour la gestion du registre, mais il pourrait aussi, modifier, voir falsifier le registre.

Un registre décentralisé

 

Pour résoudre ces problèmes, les habitants décident donc de revenir en arrière et de refaire valider les transactions par les autres membres de l’île. Mais cette fois-ci, chaque acteur possède un registre où ils notent les informations concernant chaque transaction.

 

Le système redevient donc décentralisé mais une trace physique est conservée en plusieurs exemplaires.

 

La Blockchain c’est ça ! Un registre d’enregistrement de partage possédé par tout le monde. Dans ce système tout le monde devient banquier. Le registre est ordonné chronologiquement et sécurisé car distribué sur tous les réseaux.

 

 

 

Histoire et Fonctionnement de la Blockchain

 

Le système révolutionnaire de la Blockchain

Source : comstocksmag.com

L’Histoire

 

Satoshi Nakamoto, l'inventeur inconnu du Bitcoin

Source : paymentweek.com

 

En 2007, la Crise financière des Subprime frappe les Etats-Unis puis le monde. Moins d’une année plus tard, en 2008, dans un climat de perte de confiance, un inconnu connu sous le nom de SATOSHI NAKAMOTO crée le Bitcoin et la première Blockchain.

 

La technologie Blockchain du Bitcoin est basée sur un système Opensource. Il est donc possible de modifier le code ainsi que les algorithmes qui le compose.

 

Le Fonctionnement

 

Le système repose sur les 3 contraintes qui constitue une monnaie :

 

  • La possibilité d’effectuer des échanges. Pour cela, le Peer to Peer (P2P) décentralisé permet de transférer des données entre deux entités sans passer par un serveur central.
  • La monnaie utilisée dans une transaction, définie par un numéro de série, ne peutpas être utilisé 2 fois en même temps. Le registre public et partagé permet de savoir ou se trouve telle ou telle unité.
  • La confiance. Pour être certains que les opérations sont exactes, celles-ci doivent être validées par plusieurs utilisateurs. C’est ce que l’on appelle le minage.

Le Dollar Américain, étalon de la monnaie mondiale

Source : dreamstime.com

 

La Blockchain s’appuie sur la technologie Internet. De plus, elle emprunte certaines de ses caractéristiques, à savoir qu’il s’agit d’un système informatique distribué et valable à l’échelle mondiale. La Blockchain est aussi une technologie non centralisée, sans organe de contrôle.

 

La validation de opérations de la Blockchain peut se comparer à celle d’un Sudoku. Il est difficile de trouver la solution et donc de la falsifier mais la solution (lors de la création d’une transaction) est facile a vérifier.

Domaines d’actions de la Blockchain

 

Les transactions de la Blockchain s’appuient sur plusieurs facteurs. Il s’agit d’un système sécurisé, vérifiable, immuable et non modifiable. Les applications possibles sont donc multiples.

 

Validation d’un diplôme

 

Imaginez que vous soyez diplômé d’une école et que vous souhaitiez le mettre en avant sur une plate-forme telle que LinkedIn. L’école va pouvoir vous fournir un certificat unique et infalsifiable pour le prouver. Par exemple, le pôle Léonard de Vinci propose déjà son diplôme certifié sur le système Blockchain.

 

Compensations

 

Après un retard lors d’un déplacement, il pourra être possible d’effectuer une réclamation directement à la compagnie de transports. En cas de compensation financière prévue, il sera possible d’effectuer la demande de remboursement en temps réel et de voir son compte recrédité directement. La FNTR envisage déjà de mettre en place un système semblable pour les retards de livraison.

 

Archivage et gestion de documents

 

Un réfugié de guerre ayant fui son pays et ayant perdu les preuves de son identité ou de ses qualifications pourra les retrouver s’ils ont été certifié sur la Blockchain. Il sera ainsi possible de faire valider des documents tels que des titres de propriété. Autre exemple, en Estonie, chaque individu a son identité gravée dans le système Blockchain pour éviter ce type de problèmes.

 

Les GAFA et les NATU vs la Blockchain

Source : mbamci.com

 

Les applications sont donc infinies. La Blockchain pourrait se substituer au phénomène d’uberisation et à l’existence de tiers en créant des pôles décentralisés, gérés directement par les utilisateurs, réduisant ainsi les frais de fonctionnement et les commissions systématiques.

 

Blockchain : la nouvelle révolution ?

 

En économie, les grands changements structurels des sociétés s’observent à travers les cycles de Kondratieff. Chaque cycle est défini par une révolution majeure de longue durée, s’appuyant généralement sur la précédente.

 

 

En observant les courbes de Kondratieff, le développement de la Blockchain, mais aussi celui de l’Intelligence Artificielle ou de la Big Data pourrait faire partie de la nouvelle révolution économique mondiale à venir.

 

En remettant en cause l’uberisation, la Blockchain pourrait recréer complètement l’organisation économique dans tous les domaines. Une suppression massive d’emploi, tel que les assureurs ou les notaires est prévisible. De même, les plate-formes de services tels qu’Uber, Airbnb ou même les Banques pourraient être amenées à disparaître.

 

Biens privés, biens publics, biens communs

Source : revues.org

 

Les enjeux sont donc énormes. Les question qui se posent aujourd’hui sont de savoir, est-ce que l’Intelligence Artificielle, la Big Data et la Blockchain serviront à créer du bien commun ? Ou Est-ce que les grandes entreprises seront les seules à s’approprier massivement ces technologies ? Les réponses à ces questions viendront forcément de la compréhension de ses enjeux par la population, mais surtout par les pouvoirs publics.

 

Plus que de savoir si ce système va réussir à émerger dans nos systèmes d’organisation, il faut donc se demander à qui va profiter le développement de la Blockchain.

 

Article de Victor FUHRMANN – Étudiant en 4ème année – Mastère Web marketing.